Claude Lévêque - Mon repos aux Tuileries
Essay for the presentation of Mon repos aux Tuileries, Parcours des sculptures, Fiac, October 20-23, 2007

“Il est plus difficile de préserver la limpidité de l’obscur que d‘obtenir une clarté qui ne veut luire comme telle.” Martin Heidegger

Pour le parcours des sculptures de la FIAC 2007, Claude Lévêque présente une installation dans le grand bassin du jardin des Tuileries : Mon repos aux Tuileries. Un camion “Tube Citroën” est cerné par une ronde de tête de lampadaires typiquement parisiens. Éclairée de l’intérieur par un lustre à pampilles, la camionnette glisse sur l’eau, prise dans le cercle de ces éclairages de rue, comme des torches dansantes presque englouties. Par ces visions dédoublées et ces multiples diffractions de lumière, le bassin est un paysage renversé recueillant des bris de lumières comme les restes d’un feux d’artifices retombant.

Cet univers féerique et théâtral met en scène des émotions personnelles indissociables d’une mémoire collective. C’est une célébration d‘événements du quotidien travaillant la pérennité de nos souvenirs de manière réactive. Surgit alors un Paris des années soixante ou celui des films de Bresson sous l’emprise des images d’Eaux d’artifices de Kenneth Anger. Une pièce d’eau baroque pour un film d’espionnage. Un Paris inondé, déformé, mélancolique et mis en intrigue par le risque d’une chaussée trop glissante. Cette flaque d’eau décorée est le miroir changeant, jamais immobile, de nos villes et de ses manèges.

Cette installation est une réadaptation de Mon repos aux Arques : un vieux camion échoué dans un sous-bois, à l’intérieur duquel un lustre est suspendu. À ses côtés et au-dessus d’une mare asséchée, une rosace de pare brises reflète le ciel et le haut des arbres.

http://timotheechaillou.com/files/gimgs/67_2007-mon-repos-aux-tuileries-3.jpg
Claude Leveque
Mon repos aux tuileries, 2007
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/67_claude-leveque-mon-repos-aux-arques-2007.jpg
Claude Leveque
Mon repos aux Arques, 2007