Making words with things
CRAC, Sète
Art21 - N°10, 2007

L’exposition s’organise autour de Guy de Cointet, cet absent si présent qui manipule les enjeux de mots pour formuler quelques notes d’intention appliquées à l’art abstrait. Art & Language avait prévenu : « Artists are exploring language to create access to ways of seeing »[1] (dans Sans titre, 1966). Les toiles de de Cointet sont des pages qui encodent un discours. Des successions de lettres qui ne font pas sens lors d’une lecture linéaire et deviennent ainsi d’ironiques poèmes visuels[2], invitant le lecteur à trouver un protocole qui leur conférera un sens construit. Cette passion du visible de l’écrit situe l’expérience Dada, cette « société anonyme pour l’exploitation du vocabulaire » (Tzara), comme figure d’archive pour de Cointet. Amener l’art vers des régions plus verbales était devenu un principe ; à l’image du poème d’Aragon La Pensée : « DFALBCOEHG IKJMQRPXSU WTNYVZ ».

Le théâtre structure un langage, une mise en scène et le jeu de l’acteur. Guy de Cointet créé un environnement, un vocabulaire tant plastique que sonore où l’écriture de ses pièces et la création de leurs décors ne peuvent être séparées[3]. Les décors de Tell me, My Father Diary, Ethiopia et Iglu deviennent des signes d’orientation pour une opération scénique. Les éléments abstraits qui les composent (triangles, cônes, carrés…) deviendront idiomes, lorsque la parole de l’acteur lui désignera une fonction, une identité, un signifié. Le mouvement, la parole advenant par l’intermédiaire de l’image fixe (peinture, sculpture, objets) questionnant l’acteur : comment allons-nous nous comporter puisque l’objet, lui qui nous donne un sens, est un rendez-vous ?

Les dispositifs scéniques, ne sont pas de simples révélateurs, ils activent des principes ; ils se comprennent ici comme le lieu, non pas de la mise en scène mais, de ce qui est à mettre sur scène. L’exposition s’attache à cette hypothèse rendant visible des plateformes qui sont des conglomérats symboliques partant du reality show au concert live, du happening au plateau télévisé en passant par les conférences ou le cadre cinématographique, pour qu’aucune lecture univoque ne puisse s’entreprendre. La scène n’est pas seulement un luxueux podium de présentation.

Catherine Sullivan rassemble, dans les films Big Hunt et Little Hunt, des morcellements de gestes et d’actions où la répétition questionne les notions d’archivage et de mémoire instantanée. Les danseurs sont entraînés dans des rapports mis en boucle où les gestes (proches de la technique contract-release de Martha Graham) sont des systèmes productifs de délires. Chez McCarthy, la répétition se fixe dans un état spéculaire, le spectateur revêt un costume du Pinocchio des Walt Disney Productions pour Pinocchio Pipenose Householddilemma. L’artiste, vêtu du même costume, active ainsi un lieu et des comportements, qui agissent comme condensateurs et critiques des effets pervers de l’exploitation volontariste de la magie. Les comportements sociaux sont ridiculisés et le rapport qu’entretiennent les Américains vis-à-vis de leurs icônes culinaires bascule vers le splotch sex. L’idiotie intervient dans l’œuvre de Mike Kelley, Dialogue #1, faisant parler deux petites peluches sur couverture passant d’un léger bavardage aux insultes.

[1] « Les artistes explorent le langage pour créer des accès à des manières de voir ».

[2] Dans « A Few Drawings » il écrit par exemple « SAMOLHUXBEGQR (…) GMUAHRESDCLON », ajoutant « I WONDER WHERE I HAVE SEEN A PHOTOGRAPH LIKE THAT BEFORE ».

[3] Marie de Brugerolle rappelle que chez de Cointet,, « l’usage des objets comme mots et des mots comme objets, la théâtralisation et la mise en scène de ceux-ci, qui passent du statut de tableaux à celui d’accessoires puis de personnages fondent une œuvre originale. » (1), in Guy de Cointet, La mise en scène des objets in 20/27 n°1, 2006.

http://timotheechaillou.com/files/gimgs/84_mike-kelley-performance-related-objects-1977-79.jpg
Mike Kelley
Performance related objects, 1977-9
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/84_guy-de-cointet-a-new-life-1981.jpg
Guy de Cointet
A new life, 1981
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/84_guy-de-cointet-tell-me-1978.jpg
Guy de Cointet
Tell me, 1978