Il n’y a pas de mal à se promener le long de la voie lactée
Essay for the Stephen Felton's exhibition Top, bottom at Bikini, May 05 - 26, 2012

1. « Matériaux : pastels à l'huile sur carton apprêté et ruban adhésif. Une seule œuvre en deux parties. L'une avec deux triangles et l'autre avec un seul. Dans un sens faire un bikini "littéral", bien qu'abstrait évidemment. Bikini comme point de départ. »

2. 3 triangles apposés sur deux cartons. 2, puis 1 (ou l’inverse). 3 tranches de couleur.

3. Peinture à l’huile, élasthanne, carton, ruban adhésif : matières hydrophobes vs. matières hydrophiles.

4. Spontanément une schématisation, pour une abstraction toute personnelle, si subjective. Une iconicité faible, de l'ordre du signe, du pictogramme.

5. Un motif contenu en puissance dans une tenue de bain. Un motif tel un véhicule à évocations et suggestions.

6. « L’image est parfois prosaïque ou explosive, comme le déroulement d’une journée. La pratique de la peinture ne relève pas uniquement du quotidien, elle fait partie de la vie. » Stephen Felton

7. « On parle beaucoup ces temps d’un art qui ne serait plus autonome ou tautologique. On a dit que les références de l’art d’aujourd’hui sont urbaines. Mais là aussi, il ne s’agit pas tant d’une critique que d’une addition. La lecture verticale historique qui suit les mouvements de balancier de l’art contemporain, figuratif-abstrait, expressionniste-géométrique, peinture, installation ou vidéo, ferait aussi bien parfois de noter que ces mouvements ont aussi tendance à s’additionner. L’art minimal était minimal et pop, l’art conceptuel, pop, minimal et conceptuel, etc. Aujourd’hui l’addition est encore plus complète, et à ces mouvements s’ajoutent MTV, le sport et l’Internet. » Olivier Mosset
En somme, la vie courante et les bikinis aussi.

8. Au final, tous les moyens sont bons pour faire une peinture, cela ramène les choses à ce qu'elles sont.

9. « Je pense que j’accepte le fait que toutes mes peintures s’inspirent d’images trouvées. En revanche, je ne crois pas que je me les approprie. » Stephen Felton

10. « Mon travail est hésitant, brut. Je veux produire un aspect tranchant et incisif. Ma peinture est physique. » Stephen Felton

11. Du triangle au bikini vers l'eau de la baignade : le delta.

12. Comme le carré et le cercle, le triangle est une forme première parfaite.
Le triangle évoque la pointe d'une flèche - indiquant un sens, une cible.
Il est un symbole d'énergie et de stabilité. 
Pointe en l'air il indique une polarité masculine, pointe vers le bas il indique une polarité féminine.
Toute figure, si des lignes partent de son centre jusqu'aux angles, peut être partagée en plusieurs triangles. Selon Boèce, la première surface est le triangle, la deuxième le carré et la troisième le pentagone.
Le triangle équilatéral symbolise la divinité, l'harmonie, la proportion. Il est la base des pyramides. L'homme correspond à un triangle équilatéral coupé en deux, c'est-à-dire à un triangle rectangle. Celui-ci, selon Platon dans le Timée, représente la terre.
En alchimie, le triangle est le symbole des trois principes du grand oeuvre : soufre, mercure et sel ou arsenic. En chiromancie, le triangle, située au milieu de la main, est un présage d'habileté, d'aptitude.
L'eau est associée au triangle rectangle ; la terre, au triangle équilatéral ;  le feu, au triangle isocèle ; l'air au triangle scalène.

13. Dernière pudeur avant d'être impudique des triangles de tissus cachent un vagin (plus ou moins sauvage) et des seins de toutes formes et de toutes tailles (des pommes, des poires, des œufs aux plats, etc.).

14. Le soleil brille et brûle, laissant les marques de pâles triangles sur des peaux.

15. Bizarre Love Triangle, New Order, 1987

16. En Micronésie, dans les îles Marshall, le 1er juillet 1946 à 9h34 (heure locale) sur l’atoll de Bikini, dans le cadre de l’opération Crossroads, la bombe Able, de 21 kilotonnes, fut largué par le bombardier B-29 Dave's Dream. Cette explosion atomique est la quatrième de l'histoire après le test de Trinity et les largages de Little Boy sur Hiroshima et Fat Man sur Nagasaki, elle manqua sa cible d'environ un demi-kilomètre. Sur 90 navires soumis à l'explosion, seuls cinq navires furent détruits.
Le 5 juillet 1946 l’ingénieur Louis Réard présenta, à la Piscine de Molitor, sur la danseuse nue du Casino de Paris, Micheline Bernardini, un maillot de bain avec un imprimé papier journal, nommé Bikini. Vendu dans une boîte d'allumettes, ce maillot est constitué d’une culotte et d’un soutien-gorge à deux triangles de tissus inversés, reliées par des cordes, il sera commercialisé sous le slogan : « Le bikini, la première bombe an-atomique ! ».

17. Je passe maintenant la parole à Slavoj Zizek pour sa lecture de The Missing Piece (La pièce manquante) et de The Missing Piece Meets the Big O (La pièce manquante rencontre le grand O) de Shel Silverstein :
- « Le premier livre raconte les aventures d’un rond avec un point pour chaque œil et un trou de forme triangulaire pour la bouche, d’un sujet à la recherche d’une pièce manquante qui comblerait le trou et ferait ainsi de lui un cercle enfin complet, quelque chose comme l’être humain parfaitement sphérique d’avant la différence sexuelle du Banquet de Platon : « Il manquait une pièce. Et cela n’était pas drôle. Alors il partit à la recherche de sa pièce manquante. Et tandis qu’il roulait il chantait cette chanson : « Oh, je cherche ma pièce manquante/Je suis à la recherche de ma pièce manquante/ Hi-di-Oh, me voici/Cherchant ma père manquante ». » Alors, un beau jour, à la fin d’une longue journée pleine de rencontres aventureuses il tombe sur une pièce manquante de forme triangulaire susceptible de combler son vide ; la pièce, toute fois, lui dit : « Attends une minute ! Je ne suis pas ta pièce manquante. Je ne suis la pièce de personne. Je suis ma propre pièce. Et même si j’étais la pièce manquante de quelqu’un, je ne pense pas que je serais la tienne. » Il continue alors à rouler tristement, trouve une autre pièce qui est trop petite, une autre qui est trop grosse, une autre trop anguleuse, une autre trop carrée, une autre qu’il n’accroche pas assez bien et qu’il perd, une autre qu’il accroche trop fermement et qu’il casse. Finalement, il découvre une pièce triangulaire qui paraît avoir les dimensions exactes et lui demande : « Es-tu la pièce manquante de quelqu’un d’autre ? » Et se voit répondre : « Pas que je sache. » « Bien, peut-être alors voudrais-tu être ma propre pièce ? » « Je peux être celle de quelqu’un et être encore mienne. » Alors ils allèrent ensemble et s’assemblèrent sans difficulté formant une sphère aux dimensions parfaites. Pace qu’il est maintenant au complet, il se met à rouler de plus en plus vite, mais, pour cette raison même, se trouve dans l’impossibilité de humer une fleur ou de parler à un asticot. Pouvait-il encore chanter ? Il commença à chanter : « J’ai troubé ma bièce manpante/à la troubaille de ma tièpe lampante. » Mais maintenant qu’il était au complet, il en pouvait plus chanter du tout ! Alors il s’arrêta de rouler, détacha doucement la pièce, roula un peu plus loin et commença à chanter doucement : « Oh, je cherche ma pièce manquante/Je suis à la recherche de ma pièce manquante. » Voici le paradoxe du désir dans sa forme la plus pure : afin qu’il s’entretienne, qu’il s’articule (dans une chansons), il faut qu’une pièce soit manquante. » 
- « Le second livre raconte l’histoire sous sa forme exactement inverse : non pas du point de vue du sujet désirant cherchant sa pièce manquante, mais du point de vue de la pièce manquante elle-même. C’est ici, bien évidemment, que surgissent les difficultés ; certains, qui correspondent bien, ne peuvent rouler ; d’autres peuvent rouler, mais ne correspondent pas ; certains ont de trop nombreuses pièce manquante ; d’autres ont « de trop nombreuses pièces, c’est tout » ; certains regardent d’un peu trop près la pièce, tandis que d’autres passent leur chemin sans même remarquer sa présence. La pièce essaie de se faire plus attirante, mais cela ne sert pas à grand chose ; elle essaie d’être plus voyante mais, ce faisant, effraie les plus timides. Il finit par en arriver un avec lequel tout se déroule parfaitement, un qui ressemble à celui du premier livre, et, comme dans le premier livre, ils forment alors une sphère de forme parfaite et commencent à rouler avec bonheur. Toutefois, une fois insérée en lui, la pièce manquante commence à grossir et grossir encore ; le sujet expulse la pièce, et s’en va en entonnant sa complainte : « Je suis à la recherche de ma pièce manquante, une qui ne grossira pas. » Ensuite, un beau jour, il en survient un qui paraît différente : un cercle en lui-même parfait. La pièce, en bon objet partiel lacanien, lui pose l’évidente question : Che vuoi ? « Que me veux-tu ? » A quoi elle s’entend répondre : « Rien. » « En quoi as-tu besoin de moi ? » demande alors la pièce, priant sur la distinction entre demande et besoin. Une nouvelles fois : « En rien. » « Qui es-tu ? » « Je suis le grand O », en résumé, le grand Autre primordial, non castré et qui, en tant que tel, ne veut rien. « Peut-être suis-je ta pièce manquante ? » demande la pièce, qui se voit répondre par le grand O : « Mais il ne manque pas de pièce. Il n’y a aucun endroit où tu pourrais te mettre. » « C’est vraiment dommage » dit la pièce manquante. « J’espérais que peut-être je pourrais rouler avec toi… » « Tu ne peux pas rouler avec moi » lui répond le grand O, « mais peut-être peux-tu rouler par toi-même. » « Par moi-même ? Une pièce manquante ne peut rouler seule. » « As-tu jamais essayé ? » « Mais je ne suis pas faite pour rouler. » « Les angles s’arrondissent et les formes évoluent » dit le grand O, avant de s’éloigner en roulant. De nouveau seule, la pièce manquante se lève, retombe, et entreprend doucement de rouler ; ses angles commencent à s’arrondir, et elle en vient bientôt à rouler avec insouciance au lieu de rebondir, rejoignant le grand O, faisant route avec lui, à lui attaché comme une petite sphère au bord de la grande sphère, la petite autre se cramponnant, te un satellite, au grand Autre, les deux formant ensemble un parfait exemple de « huit intérieure », la matrice de la circulation de la pulsion, une circulation faire de répétitions et qui n’a besoin de personne pour se perpétuer. »

http://timotheechaillou.com/files/gimgs/190_topbottomretouchea.jpg
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/190_bottoma.jpg