Guillaume Bijl
Annual Magazine - N°5, 2012
Standard - N°35, 2012

ENGLISH VERSION

Timothée Chaillou: What does the pedestal/the podium recall? What does it allow you to do?

Guillaume Bijl: I sometimes used pedestals, or podiums to accentuate the realism of my form of realism. For example, in installations like Miss Hamburg (1988), the presentation of Tombola Prizes (1988) or the podium of A Band (1988). A podium helps the viewer to see better the object of the subject shown.

TC: Why is it important for you to categorize your different types of work with a precise definition characterizing what it is and what it’s not. Is it educational?

GB: Because there were a lot of misinterpretations of my work in general by art writers and critics, so I started to categorize my work into different types of work. And also because I made so many variations of my early works. So I organized my work into the following categories :
- Transformation-Installations : a reality in the non-reality (an art space)
- Situation-Installations : a non reality in the reality (a public space)
- Compositions : present-day archeological still lives
- Sorry works : a sort of absurd and abstract works.
And in the last years I did a lot of works that deal with "Cultural Tourism".

TC: Does your work imply participation from the audience?

GB: In the installations the audience becomes a sort of theatre actor, without knowing it explicitly. I create with my installations a sort of trompe l'oeil situation. I work in the field of fiction and reality.

TC: Have you been a still-life painter? Would you say that your installations are 3D elaborations of your painted works?

GB: I started as an autodidact painter in different styles. I was not satisfied with the medium I was using to reach my aim. I wanted to get the audience more involved, and I started to make installations with "a tongue in the cheek" expression.

TC: Can you please discuss about your 1979 manifesto?

GB: It was a so-called manifesto written by the State: "The art liquidation Project". The State found art superfluous in general, and wanted to close all art spaces, and transform them in more functional institutions and businesses, like psychiatric hospitals, shooting rooms, travel agencies, driving schools etc. This text was the base of my Transformation-Installations. In this type of Installations there is still the insinuation that the gallery or art space went broke and became a Supermarket or a Matras-discount (an underlying meaning of these installations).

TC: To what extent can your work be seen as an archeology of our civilization - given that archeology is mostly devoted to show items and things that people lived with and used?

GB: Indeed, I read into this statement ‘I show an archeology of this "civilization", now’ (if you see it out of a view of the future). If for example my Caravan Show-Installation would be seen in 1000 years, it would be seen as complete abstraction and alienation. Because I show these items in a non-functional art space, I try to make the public see it with a distance and already as an abstraction. I mock a little bit our civilization and consumption society because it is far from an optimal society and civilization.

TC: Is your work about alienation?

GB: Yes, I play with the aspect of alienation a lot in my work.

TC: Josephine Meckseper said she wants ‘to bring out the paradoxes inherent in manic consumption’. Do you aim to do the same?

GB: In some of my works I clearly do. For example in works like Marriage Office, Antique Shop, Military Information Center, Supermarket, Driving School, 2nd Hand Car Shop, Fitness Center.

TC: Josephine Meckseper’s vitrines, shelves and displays ‘represent targets for potential violence. Their clean surfaces are a provocation for vandalism and destruction. They represent the moment right before a demonstrator picks up a stone and smashes a window.’ The set-up of your presented objets reminds me of some “fighting scenes”: someone, by frustration – because he can’t fight the person he wanted to – prefers to attack some objects placed on a table, a chimney or a bar. How are you dealing with this kind of tension between the viewer and your work? Is what Josephine said about her own work relevant for yours?

GB: Yes, of course, my work, with his perfect realistic display effect, made some viewers angry, especially some situational Installations in public spaces like "Nudism Forbidden" or "Camping Forbidden", there was some vandalism involved. Also in some Transformation-Installations like Casino-Installation; police came. With the Lamp Shop-Installation in Art Basel 1984, the board wanted to throw out my Installation. Of course provocation and irritation is one of my main expression (although sometimes in a very minimal and subtle way). I want my work to show the paradoxes of this crazy capitalistic society, and to disturb people from time to time.

TC: Is there anything grotesque in your work? Ironical? Or as Koen Sels said, ‘tragic comic’?

GB: I'm very much interested by showing the grotesque of our "civilization". Sometimes my work is to laugh, but also to cry. It is Tragic-Comic in general.

TC: You underline with some of your installations that the humans themes as war, love or desire turn into a void parody: a stand about the army, a marriage bureau or a supermarket. ‘Today, it is easy to find a vast ensemble of products freed of any toxic properties: decaf-coffee, non-fat creme, alcohol-free beer... Until today’s tolerant and liberal multiculturalism understood as the experience of the Other deprived of his own Alterity. The politically correct tolerance is leading us towards a ‘decaf-belief’: a belief that does not hurt or asks any commitment from anyone; even less from ourselves. Everything is allowed for the last hedonist Man: enjoy every life pleasures once they have been depraved from what could make them dangerous’. When you create, are you aware of this oscillation between reality and parody of this very reality? Did you come to the same observation?

GB: Yes, I'm aware of it and these things are in the back of my head, when I make art. Everything becomes more artificial. Everything becomes more and more forbidden for the sake of our health. A lot started in America with the "Non Smoking" ghost to live longer... it all surrogates. This summer in Belgium it is "Forbidden to smoke" in bars..."Lights have to be off on the highways"...it is "Forbidden to park bicycles in front of houses"..."Music has to be taken down in festivals and disco's"... "In some areas of town, bars have to be closed at 1.00am"... "Cars cannot drive more than 30 km/hr in town"... Flemish politicians do sports: cycling, horse riding and mountain climbing... There is always one politician with a broken leg in our parliament. They follow American small rules as a surrogate. Against oil prices and exploitation of the third-world, they cannot do anything...

VERSION FRANÇAISE

Timothée Chaillou : Que représente le piédestal, le podium pour vous ? Que vous permet-il ?

Guillaume Bijl : J'ai utilisé des piédestaux ou des podium dans certains cas pour accentuer le réalisme de ma forme de réalisme. Par exemple, dans des installations comme Miss Hamburg (1988), la présentation de Tombola Prizes (1988) ou le podium de A Band (1988). Un podium aide le spectateur à mieux voir l'objet du sujet qui est présenté.

TC : En quoi est-ce important pour vous de catégoriser vos différents types d'œuvres avec une définition précise de ce que c'est et de ce que ce n'est pas. Y a t-il une vocation pédagogique à cela ?

GB : Parce qu'il y a eu beaucoup d'interprétations erronées de mon travail par des critiques d'art et des écrivains, alors j'ai commencé à faire des catégories pour mes différents types de travaux. J'ai donc organisé mon travail selon différentes catégories:
- Installations de transformation: une réalité dans la non-réalité (un espace d'art).
- Installations en situation : une non-réalité dans la réalité (un espace public).
-Compositions: des natures mortes archéologiques du temps présent.
-Œuvres piteuses: une sorte d'œuvres absurdes et abstraites.

Et ces dernières années j'ai fait beaucoup d'œuvres à propos du "Tourisme Culturel"

TC : Vos œuvres demandent-elles une participation du public ?

GB : Dans les installations, le spectateur devient une sorte d'acteur de théâtre, sans vraiment le savoir. Je créé des sortes de situations trompe-l'œil. Je travaille dans le domaine de la fiction et de la réalité.

TC : Avez-vous été un peintre de natures mortes? Vos installations sont-elles des élaborations en 3 dimensions de vos œuvres picturales?

GB : J'ai commencé par être un peintre autodidacte ayant des styles différents. Mais je ne pouvais pas atteindre mon but avec ce médium. Je voulais faire participer mon public davantage, et j'ai commencé à faire des installations ironiques.

TC : Pourriez-vous parler de votre Manifeste de 1979 ?

GB : C'était un soi-disant Manifeste écrit par l'Etat: "le Projet de Liquidation de l'Art". L'Etat trouvait l'art en général superflu, et voulait fermer tous les lieux d'art, pour les transformer en institutions et en entreprises plus utiles, comme des hôpitaux psychiatriques, des studios de photographe, des agences de voyage, des écoles de conduite, etc. Ce texte fut à l'origine de mes Installations de Transformation. Dans ce type d'Installations il y a encore l'insinuation que la galerie ou l'espace d'art a fait faillite et est devenue un Supermarché ou une boutique de matelas au rabais (un sens sous-jacent de ces installations).

TC : Dans quelle mesure vos installations peuvent-elles être considérées comme une archéologie de notre civilisation - si l'on considère que l'archéologie est surtout faite pour montrer les objets et les choses que les gens utilisaient et avec lesquels ils vivaient ?

GB : En effet, et je me reconnais dans cette phrase: "Je montre une archéologie de cette "civilisation", maintenant" (si on le voit dans une perspective futuriste). Par exemple si mon installation Caravan Show était vue dans 1000 ans, elle serait vue comme une abstraction et une aliénation totales. Parce que je montre ces éléments dans un lieu d'art non-fonctionnel, j'essaie de les faire voir au public avec une distance, déjà en tant qu'abstraction. Je me moque un peu notre civilisation et notre société de consommation parce qu'elles sont loin d'être une société et une civilisation optimales.

TC : Votre travail traite-t-il de l'aliénation ?

GB : Oui, je joue beaucoup avec l'élément d'aliénation dans mon travail.

TC : Joséphine Meckseper dit qu'elle veut "rendre apparents les paradoxes inhérents à l'hystérie de la consommation". Est-ce pareil pour vous ?

GB : Dans certains de mes travaux j'ai clairement le même but. Par exemple les travaux comme Marriage Office, Antique Shop, Military Information Center, Supermarket, Driving School, 2nd Hand Car Shop, Fitness Center.

TC : Les vitrines, étagères et étalages de Joséphine Meckseper "représentent des cibles de violence potentielle. Leurs surfaces nettes incitent au vandalisme et à la violence. Elles représentent le moment juste avant qu'un manifestant ramasse une pierre et casse une vitre". La mise en scène de vos objets me rappelle certaines "scènes de bagarre": quelqu'un, par frustration - parce qu'il ne peut pas s'en prendre à la personne à qui il en veut - s'attaque à des objets placés sur une table, une cheminée ou un bar. Comment négociez-vous cette sorte de tension entre le spectateur et votre travail? Ce que Joséphine a dit de son travail est-il valable pour le vôtre ?

GB : Oui, bien sûr, mon travail, avec son effet d'étalage réaliste parfait, a mis certains spectateurs en colère, en particulier certaines Installations dans des lieux publics come Nudism Forbidden ou Camping Forbidden, et il y a eu des actes de vandalisme. Aussi, dans des Installations-Transformations comme Casino-Installation, la police est venue. Pour l'Installation Lamp Shop à Art Basel en 1984, le comité voulait jeter mon Installation dehors. Bien sûr la provocation et l'irritation sont parmi mes principales expressions (bien que parfois d'une manière très minimale et subtile). Je veux que mon travail montre les paradoxes de cette société capitaliste folle, et qu'il dérange les gens de temps en temps.

TC : Il y a-t-il du grotesque dans votre travail ? De l'ironie ou, comme l'a dit Koen Sels, du "tragi-comique" ?

GB : Je suis très intéressé par le grotesque de notre "civilisation". Parfois mon travail est pour rire, mais aussi pour pleurer. En règle générale il est tragi-comique.

TC : Dans certaines de vos installations vous soulignez que les thèmes humains de la guerre, de l'amour ou du désir se tournent en parodie vide: un stand à propos de l'armée, une agence de mariages, un supermarché. "De nos jours, il est aisé de trouver un vaste ensemble de produits dénués de leurs propriétés toxiques: du café décaféiné, de la crème 0% de matière grasse, de la bière non-alcoolisée...Jusqu'à l'actuel multiculturalisme tolérant et libéral envisagé comme l'expérience de l'Autre et privé de sa propre Altérité. La tolérance politiquement correcte nous amène à une "croyance-déca": une croyance qui ne fait pas mal et qui ne réclame aucun engagement de la part de personne, et encore moins de nous-mêmes. Tout est permis pour le dernier Hédoniste: profitez de chacun des plaisirs de la vie une fois privés de ce qui pourrait les rendre dangereux". Quand vous créez, êtes-vous conscient de cette oscillation entre la réalité et la parodie de cette même réalité ? Êtes-vous arrivé à la même observation ?

GB : Oui, j'en suis conscient et j'ai ces choses en tête, quand je fais de l'art. Tout devient plus artificiel. De plus en plus, tout devient interdit au nom de notre santé. En Amérique, ça a commencé avec le fantôme "Interdit de Fumer" pour vivre plus longtemps...tout se substitue. Cet été en Belgique c'est "Interdit de Fumer" dans les bars... "Les lumières doivent être éteintes sur les autoroutes"... il est "Interdit d'attacher son vélo devant les maisons".... "On doit baisser le volume de la musique dans les festivals et les boîtes de nuit"...."Dans certains quartiers, les bars doivent fermer à 1h du matin"..."Les voitures ne peuvent pas rouler à plus de 30 km/h en ville"...Les politiciens flamands font du sport: vélo, équitation et randonnée...Il y a toujours un politicien avec une jambe cassée au Parlement. Ils suivent les petites règles américaines comme un substitut. Contre le prix du pétrole et l'exploitation du tiers-monde, ils ne peuvent rien faire...

http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-installation-caravan-show-1989.jpg
Guillaume Bijl
Caravan Show, 1989
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-agence-de-mariage-diane-1988-2008.jpg
Guillaume Bijl
Agence de mariage Diane, 1988-2008
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-a-band-1988.jpg
Guillaume Bijl
A Band, 1988
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guilaume-bijl-miss-flanders-beauty-2008.jpg
Guillaume Bijl
Miss Flanders Beauty, 2008
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-composition-trouvee-1989.jpg
Guillaume Bijl
Composition trouvée, 1989
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-agence-de-vvoyage-1986.jpg
Guillaume Bijl
Agence de voyage, 1986
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-the-concise-history-of-prehistoric-man-1996.jpg
Guillaume Bijl
The concise history..., 1996
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_3.jpg
Guillaume Bijl
Sorry, 1987
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-sorry-2010.jpg
Guillaume Bijl
Sorry, 2010
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_compositiontrouve20102.jpg
Guillaume Bijl
Composition trouvée, 2010
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-installation-composer-memorial-room-1989.jpg
Guillaume Bijl
Composer memorial room, 1989
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_guillaume-bijl-installation-miss-hamburg-1988.jpg
Guillaume Bijl
Miss Hamburg, 1988
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_1-2.jpg
Guillaume Bijl
Matras-discount, 2003
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_2-2.jpg
Guillaume Bijl
Neuer supermarkt, 1990-2002
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_2.jpg
Guillaume Bijl
Neuer supermarkt, 1990-2002
http://timotheechaillou.com/files/gimgs/134_1.jpg
Guillaume Bijl
Archeological site, 2007